Signalisation homme femme sur un mur

L’identifiant féminin ou masculin cerveau (épisode 278)

Dans une certaine mesure, il semble possible d’identifier le sexe biologique d’un individu à partir du fonctionnement de son cerveau.

Ce serait frôler le neuromythe que de dire, qu’en moyenne, il n’existe aucune différence entre le cerveau des femmes et des hommes. Mais cela serait également de l’ordre du neuromythe que d’annoncer, qu’en moyenne, il n’existe que des différences entre le cerveau des hommes et celui des femmes. À différents niveaux – génétique, anatomique, physiologique, comportemental – en fonction de ce qui est mesuré et de comment cela est mesuré, il est possible de mettre en évidence des différences au niveau cérébral, en moyenne, entre les femmes et les hommes pour certains éléments et aucune différence pour d’autres. Toutefois, la plupart des études s’intéressant à la question des différences cérébrales en fonction du sexe biologique se font majoritairement sur des groupes d’individus, des groupes d’hommes comparés à des groupes de femmes. Ce qui est donc assez souvent mis en évidence, ce sont des différences de moyenne. Mais qu’en est-il à l’échelle individuelle ? Est-il possible d’identifier si un cerveau appartient à une femme ou un homme sur la seule base de celui-ci ?

Chronique diffusée le 4 avril 2024. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Stanford Medicine study identifies distinct brain organization patterns in women and men », par Lisa Kim. Publié par Stanford Médecine, le 20/02/2024. Consulté le 15/03/2024. Lien : https://med.stanford.edu/news/all-news/2024/02/men-women-brain-organization-patterns.html.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #58 – La lecture dans les pensées ».


Sources :

Babayan A. et al. (2019). A mind-brain-body dataset of MRI, EEG, cognition, emotion, and peripheral physiology in young and old adults. Scientific data, 6 (180308) : 1-21.

Cahill L. (2006). Why sex matters for neuroscience. Nature review neuroscience, 7 : 477-484.

Chekroud A.M. et al. (2016). Patterns in the human brain mosaic discriminate males from females. Proceedings of the national academy of sciences of the united states of america, 113 (14) : 1968.

Ingalhalikar M. et al. (2014). Sex differences in the structural connectome of the human brain. Proceedings of the national academy of sciences of the united states of america, 111 (2) : 823-828.

Luders E. et Kurth F. (2020). Structural differences between male and female brains. Handbook of clinical neurology, 175 : 3-11.

Luders E. et Toga A.W. (2010). Sex differences in brain anatomy. Progress in brain research, 186 : 3-12 (2010).

Liu S. et al. (2020). Integrative structural, functional, and transcriptomic analyses of sex-biased brain organization in humans. Proceedings of the national academy of sciences of the united states of america, 117 (31) : 18788-18798.

McCarthy M.M. (2016). Multifaceted origins of sex differences in the brain. Philosophical transactions of the royal society b biological sciences, 371 (20150106) : 1-11.

McCarthy M.M. et al. (2012). Sex differences in the brain : the not so inconvenient truth. The journal of neuroscience, 32 (7) : 2241-2247.

Nooner K.B. et al. (2012). The NKI-Rockland sample : a model for accelerating the pace of discovery science in psychiatry. Frontiers in neuroscience, 6 (152) : 1-11.

Riecher-Rossler A. (2017). Sex and gender differences in mental disorders. Lancet psychiatry, 4 : 8-9.

Rutter M. et al. (2003). Using sex differences in psychopathology to study causal mechanisms : unifying issues and research strategies. The journal of child psychology and psychiatry, 44 (8) : 1092-1115.

Ryali S. et al. (2024). Deep learning models reveal replicable, generalizable, and behaviorally relevant sex differences in human functional brain organization. Proceedings of the national academy of sciences of the united states of america, 121 (9) : 1-12.

Shansky R.M. et Woolley C. S. (2016). Considering sex as a biological variable will be valuable for neuroscience research. The journal of neuroscience, 36 (47) : 11817-11822.

Tomasi D. et Volkow N.D. (2012). Gender differences in brain functional connectivity density. Human brain mapping, 33 (4) : 849-860.

Van Essen D.C. et al. (2013). The WU-Minn human connectome project : an overview. Neuroimage, 80 : 62-79.


Source image :

Tim Mossholder – Signalisation masculine et féminine sur un mur (2018). https://www.pexels.com/fr-fr/photo/signalisation-masculine-et-feminine-sur-le-mur-1722196/




Citer ce billet
Christophe Rodo (2024, 4 avril). L’identifiant féminin ou masculin cerveau (épisode 278). Cerveau en argot. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5ys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.