Lignes de code informatique

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 45)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 25 mai au 8 juin 2015 dans le domaine des neurosciences.

A en croire une neuroscientifique anglaise, demain il sera peut-être possible de vivre éternellement en téléchargeant son cerveau dans un ordinateur.

Contrairement à ce que beaucoup de scientifiques pensaient, très tôt les bébés sont capables de reconnaître les visages.

Une technique mélangeant la génétique et l’utilisation de faisceaux lumineux, nommé optogénétique, permettra peut-être un jour à certains amnésiques de retrouver leurs souvenirs perdus.

Pour continuer à engranger de nouveaux souvenirs tout au long de la vie, le cerveau ruse en intégrant les nouvelles informations à d’anciennes préexistantes.

Il suffirait de dormir pour modifier ses préjugés, enfin dans certaines conditions bien particulières.

Faire plusieurs choses à la fois est assez complexe, sauf pour certaines personnes qualifiées de « super-multitâches » dont le fonctionnement cérébral présente quelques particularités.

Les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, de Charcot, de Creutzfeldt-Jakob et beaucoup d’autres maladies neurodégénératives pourraient être causées par un agent corrompu présent dans l’organisme.

Des chercheurs ont réussi à faire pousser des ébauches de cerveau en laboratoire. Ces progrès permettront peut-être un jour de tester l’efficacité d’un médicament sur des mini-cerveaux directement constitués à partir du patient à soigner pour ajuster au mieux son traitement.

Les propriétés de rétablissement du cerveau peuvent vraiment être incroyables. C’est notamment le cas pour cette petite fille dont toute la partie droite du cerveau a dû être enlevée et qui aujourd’hui présente un rétablissement bien supérieur à ce qu’il pouvait être espéré.

Après avoir présenté l’histoire de cet homme atteint d’une tumeur cérébrale devant jouer de la mandoline durant son opération pour que le chirurgien de ne retire que les parties malades de son cerveau dans la sélection cérébrale (numéro 43), voici la vidéo d’un homme qui a dû jouer de la guitare pour les mêmes raisons. Bien que redondantes, ces histoires et ces vidéos restent toujours aussi impressionnantes.

Le 11 mai dernier, suite à une initiative citoyenne européenne ayant réunie plus d’un million de signataires, l’Union Européenne s’est penchée sur la délicate question du maintien de l’expérimentation sur l’animal dans un objectif de recherche encadrée. Le 3 juin, la Commission Européenne a rendu son verdict. Elle limite l’expérimentation faite sur les animaux dans un but de recherche, mais ne l’interdit pas. Car en effet, il est encore aujourd’hui nécessaire d’entreprendre des recherches animales pour essayer de mieux comprendre et soigner l’Homme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *