Dé 20 dans le noir éclairé de côté

Le bienfaisant jeu de rôle (épisode 286)

Jouer au jeu de rôle sur table Dungeons & Dragons pourrait apporter bien plus aux joueuses et joueurs que ce qui peut être imaginé.

Dungeons & Dragons – qui en 2024 a fêté ses 50 ans d’existence – est sans doute le plus connus des jeux de rôle sur table. Ce jeu qui n’a ni perdant, ni gagnant, tant que tout le monde s’amuse autour de la table, consiste à faire évoluer des personnages incarnés par les joueuses et joueurs dans un monde décrit à l’aide d’images et de mots par un maître du jeu aussi appelé maître du donjon. Un monde dans lequel les actions, notamment importantes, sont en partie soumises aux aléas des jets de dés. Mais plus qu’un divertissement, jouer à Dungeons & Dragons peut-il avoir un impact sur les joueuses et joueurs ?

Chronique diffusée le 30 mai 2024. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Dungeons and Dragons may improve mental health », par la rédaction de l’université James Cook. Publié par l’université James Cook, le 12/04/2024. Consulté le 22/04/2024. Lien : https://www.jcu.edu.au/news/releases/2024/april/dungeons-and-dragons-may-improve-mental-health.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #231 – L’ouvrante lecture ».


Sources :

Abbott M. et al. (2021). Table-top role-playing games as a therapeutic intervention with adults to increase social connectedness. Social work with groups, 45 (1) : 1-16.

Arenas D.L. et al. (2022). Therapeutic use of role-playing game (rpg) in mental health : a scoping review. Simulation and gaming, 53 (3) : 285-311.

Causo F. et Quinlan E. (2021). Defeating dragons and demons : consumers’ perspectives on mental health recovery in role-playing games. Australian psychologist, 56 (3) : 256-267.

Henrich S. et Worthington R. (2021). Let your clients fight dragons : a rapid evidence assessment regarding the therapeutic utility of ‘dungeons & dragons’. Journal of creativity in mental health, 18 (3) : 383-401.

Merrick A. et al. (2024). A study on the efficacy of the tabletop roleplaying game dungeons & dragons for improving mental health and self-concepts in a community sample. Games for health journal, 13 (2) : 128-133.

Scattone V.V. et Tucci A.M. (2018). Use of role-playing game in skills training to cope with situations of risk for drug use. Estudos e pesquisas em psicologia, 18 (2) : 645-666.

Scriven P. (2021). From tabletop to screen : playing dungeons and dragons during COVID-19. Societies, 11 (4) : 1-13.

Zayas L.H. et Lewis B.H. (1986). Fantasy role-playing for mutual aid in children’s groups. Social work with groups, 9 (1) : 53-66.


Source image :

Galxrax Rax – Gros plan d’un dé sur une table photo (2021). https://unsplash.com/fr/photos/gros-plan-dun-de-sur-une-table-oGAf4jsC0Fw



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Rodo (30 mai 2024). Le bienfaisant jeu de rôle (épisode 286). Cerveau en argot. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qyv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.