L’apathisante contraception (chronique 96)

Plus que de réguler le cycle menstruel, l’utilisation par les femmes d’un traitement contraceptif oral pourrait également avoir pour conséquence d’altérer la reconnaissance des émotions. Continuer la lecture de L’apathisante contraception (chronique 96)

Les arithméticiennes abeilles (chronique 92)

Conceptualiser des notions telles que l’addition ou la soustraction ne serait pas une faculté que les humains seraient les seuls à maitriser, d’autres espèces, telles que les abeilles en seraient également capables. Continuer la lecture de Les arithméticiennes abeilles (chronique 92)

L’inquiétante change-peau (chronique 89)

Pour certains individus, le vieil homme en train de promener son chien dans la ruelle, le chauffeur de bus, la boulangère, le marchand de journaux, la petite fille qui sort de l’école ne sont qu’une seule et même personne ; une personne capable de prendre l’apparence de n’importe qui, une personne qui persécute, une personne qui pousse à commettre certains actes. Continuer la lecture de L’inquiétante change-peau (chronique 89)

Le physionomisme canin (chronique 88)

L’histoire entre les chiens et les humains remontent à des temps immémoriaux, si bien que l’activité cérébrale du meilleur ami de l’Homme pourrait avoir certaines particularités au contact de l’espèce humaine et notamment à la vision des visages. Continuer la lecture de Le physionomisme canin (chronique 88)

Les esseulants réseaux sociaux (chronique 86)

L’hyperconnexion des réseaux sociaux qui promet de rapprocher pourrait au contraire favoriser le sentiment de solitude, néanmoins une utilisation contrôlée et modérée permettrait de grandement améliorer les choses. Continuer la lecture de Les esseulants réseaux sociaux (chronique 86)

L’irréel syndrome d’Alice au pays des merveilles (chronique 85)

Dans les années 50, un psychiatre anglais a décrit et donné un nom assez évocateur aux expériences particulières de certains patients qui par moment voyaient le monde se déformer sous leurs yeux. Continuer la lecture de L’irréel syndrome d’Alice au pays des merveilles (chronique 85)

L’agressivité mignonne (chronique 84)

L’agressivité mignonne peut se définir comme l’envie que peuvent avoir certaines personnes de serrer, de mordre ou de pincer des choses jugées comme très mignonnes sans avoir l’intention de causer du mal, ce comportement assez paradoxal pourrait en réalité être une sorte de mécanisme de protection. Continuer la lecture de L’agressivité mignonne (chronique 84)

À propos des molécules, de l’esprit et de tout ce qu’il y a entre les deux.